Créer de nouveaux projets avec l’Architecture vivante

Les mouvements sans précédent qui agitent la société globalisée affectent toutes les activités humaines. Ils appellent des réformes urgentes  tenant compte de l’économie, des technologies et de la politique, mais aussi de valeurs morales et éthiques sans lesquelles les défis liés au réchauffement climatique ne sauraient trouver de solution.

Le monde de l’architecture ne peut se soustraire à revisiter ses bases de valeurs. Plus les projets sont vastes, plus ils demandent d’intégrer une architecture bénéfique pour l’homme et la nature : ce que le célèbre architecte Franck Lloyd Wright avait nommé « une architecture humaine qui contienne, pareil à l’homme, la lumière intérieure, au même titre que la nature contient la lumière du Soleil ».

Le concept d’Architecture vivante dépasse celui de construction écologique, pour intégrer le sens de la vie et répondre aux besoins complets de l’humain qui sont d’ordre physique, mais aussi mental, psychique et spirituel, selon le triptyque « corps – âme – esprit » cher à Pythagore.

 Le 20ème siècle a trop souvent appliqué des règles de déshumanisation architecturale. Le 21éme doit réinsérer l’hospitalité en architecture et réenchanter notre habitat ! Depuis des siècles, l’architecture vivante s’exprime dans les campagnes et les villes  par l’authenticité des matériaux ainsi que  formes et couleur, l’échelle humaine du bâti, son rapport au paysage et le savoir-faire des artisans. Aujourd’hui, avec l’arrivé des matériaux écosourcés, économes en énergie grise, les formes de l’architecture vivante s’imposent à elles-mêmes. Il est temps que les architectes se les réapproprient et les mettent en pratique.

Comme architecte, je veille à mettre en oeuvre à la conception du projet onze règles que je respecte le mieux possible. Parmi celles-ci deux d’entre elles, font appel aux formes de la nature et à la géométrie harmonique et méritent à être largement appliquées dans l’architecture nouvelle. Elles donnent de la vie aux volumes qu’elles subliment et leurs effets sur notre perception de l’espace sont manifestes. Elles transforment considérablement la qualité de vie et la santé globale de l’homme et de l’environnement.