Une architecture bioclimatique réfléchie rapporte gros pour peu d’investissements

Un bâtiment bioclimatique se chauffe en grande partie par lui-même par  sa conception architecturale. Pour l’apport solaire passif, la clé du succès est le rapport entre les pleins des façades et les parties vitrées, particulièrement les serres ou les patios vitrés exposés au sud. Les gains thermiques se transfèrent  aux matériaux écologiques qui emmagasinent la chaleur pour la relâcher avec déphasage à l’intérieur du bâtiment. Le maillon suivant est le système de répartition et de diffusion interne de la chaleur récupérée, qui dépend pour l’essentiel du plan architectural. L’été, ce type de bâtiment fonctionne  en mode inverse, en rafraîchisssant le climat ambiant.